La pizza bi-goûts

D’accord la pizza bien grasse de la hutte sauve bien des dimanche soirs… Mais pourquoi ne pas tenter de faire une bonne pizza maison ? Pour se faire revêtez votre plus beau tablier et mettez vous un disque de Kiruna.

Tout d’abord, la pâte :

  • 150 à 200g de farine
  • 1/2 sachet de levure
  • sel
  • huile d’olive
  • eau
  1. Dans un petit verre d’eau chaude (j’utilise un petit verre à moutarde qui doit faire 5cl je pense) diluer la levure.
  2. Dans un saladier mélanger la farine, le sel et un filet d’huile d’olive. Une fois que la levure est diluée dans l’eau, l’ajouter à la farine et mélanger pour que la pâte soit homogène. Ne pas hésiter à rajouter de la farine si la pâte est trop collante.
  3. Faire reposer au minimum 30 min dans un endroit tiède sous un linge propre.

La garniture :

  • 1/2 poivron rouge
  • 2 oignons nouveaux
  • 1/2 tomate
  • 1/2 brique de coulis de tomate
  • 1/2 boule de mozzarella
  • 1/2 tranche de bleu d’auvergne
  • gruyère rappé
  1. Rincer et découper le poivron en lanières et faire revenir le tout à la poêle dans un petit peu d’huile d’olive jusqu’à ce que le poivron soit fondant et un peu grillé.
  2. Découper les oignons en fines tranches ainsi que la tomate.
  3. Une fois la pâte abaissée (oui, quand vous l’avez bien torturée au rouleau pour qu’elle soit bien fine), la badigeonner de coulis de tomate. Disperser les oignons sur l’ensemble de la pâte.
  4. D’un côté : disposer les poivrons et le gruyère. De l’autre : la tomate, le bleu et la mozza.
  5. Enfourner à 250°C pendant 15/20 min.

Chose que je ne savais pas concernant la pizza, c’est qu’il faut la cuire à haute température et peu de temps. Je m’endormirai moins bête (et vous aussi si vous ne le saviez pas).

Au moment de servir ajouter un filet d’huile pimentée. Succès garanti !

Publié dans Grand public | Laisser un commentaire

Couscous

Comme tout le monde m’a mis l’eau à la bouche en parlant de couscous, que ma mère m’a dit qu’elle en faisait un aussi, et que pour ajouter à cela, j’ai regardé La Graine et le Mulet, ça m’a donné cruellement envie d’en faire un. Alors, comme il fait froid, et bien profitons en pour nous mijoter un petit couscous des familles…

  • 1 poireau
  • 3 carottes
  • 2 courgettes
  • 1 navet
  • 1 petit morceau de courge
  • 1 oignon
  • 1 petite boite de pois chiches
  • raisins secs blonds
  • épices : cumin, ras el hanout, paprika
  • sel, poivre
  1. Dans une cocotte, faire revenir dans de l’huile d’olive l’oignon émincé et une carotte découpée en rondelles avec une cuillère à café de paprika.
  2. Ajouter le poireau coupé en deux, les courgettes en rondelle, les carottes restantes découpées en gros tronçons, le navet et la courge.
  3. Couvrir le tout avec 1,5 ou 2 litres d’eau et ajouter une grosse cuillère à café de cumin et de ras el hanout. Saler. Couvrir et laisser mijoter à feu moyen pendant 20 min.
  4. Ajouter les pois chiches et les raisins secs et faire mijoter à découvert pour que la sauce réduise.
  5. A la fin de la cuisson (au bout d’une bonne heure on dira), poivrer. Oui, parce que si l’on poivre en début de cuisson, l’arôme poivré se perdra et laissera uniquement place à de l’amertume ! (et c’est valable pour tous les plats).

Bien évidemment, un couscous n’a pas lieu d’être sans graine ! Alors faites cuire de la semoule à part en suivant les instructions sur le paquet (c’est inratable, certifié par la famille Ferrero).

En principe, enfin chez moi, on ne fait pas le couscous végétarien. On y ajoute des cuisses de poulet et du collier d’agneau. Dans le cas où vous voudriez ajouter de la viande, il faut juste la faire rissoler au préalable avant de la laisser mijoter dans la marmite avec les légumes. C’est tout bête.

Ce qu’il faut retenir finalement du couscous, c’est qu’on y met un peu ce qu’on a, et quoi qu’il arrive, ça sera bon.

Alors bon appétit !

Publié dans Grand public | Laisser un commentaire

Röstis de légumes

Sur cette recette, et en guise d’introduction, Wikipédia nous dit :

 » Les rösti ont donné leur nom à la « barrière de rösti » ou röstigraben (littéralement « fossé de rösti ») qui marquerait la différence de mentalité entre la Suisse romande et la Suisse alémanique. On parle notamment du röstigraben quand une votation fédérale obtient dans la région francophone des résultats très différents de la région germanophone.  »

Bien, passons véritablement à la recette :

  • 2 pommes de terre de moyenne taille
  • 1 carotte
  • 1/2 oignon
  • 1 oeuf
  • 2 à 3 c. à soupe de farine
  • sel, poivre
  • persil
  1. Éplucher les légumes et les découper en fines lamelles. Si vous ne possédez pas de mandoline ou autre râpe à fromage, contentez-vous d’un bon vieil économe. C’est plus fastidieux, mais ça marche.
  2. Dans un saladier à part, mélanger l’oeuf, le sel, le poivre, le persil et la farine. Pour plus de moelleux, j’ajoute une cuillère à café de crème liquide entière.
  3. Tremper les légumes râpés dans la préparation.
  4. Jeter le tout dans une poêle dans laquelle a été versé un bon peu d’huile d’olive, et faire cuire à couvert pendant 15 à 20 min. Veiller à ce que la galette soit croustillante à l’extérieur et fondante à l’intérieur.

Je vous suggère d’accompagner le tout d’une petite salade verte (la mâche fait très bien l’affaire) assaisonnée d’un filet d’huile d’olive, d’un peu de sel et de vinaigre balsamique.

Enjoy.

Publié dans Grand public | Laisser un commentaire

Le curry façon Poppy

Pour séduire vos hôtes oubliez l’album de Suzanne Boyle en fond et la lumière tamisée, préparez-leur un bon curry de poulet ! Pour se faire il vous faut :

  • 2 blancs de poulet bien musclés
  • 1 poivron
  • 1 oignon
  • 1 pomme
  • 1 brique de lait de coco
  • miel
  • curry, cannelle,
  • sel, poivre
  • riz
  1. Émincer le poivron et l’oignon et les faire revenir dans un fait-tout (ou une grande casserole) dans un fond d’huile d’olive. Couvrir et laisser fondre pendant 10 / 15 min. Puis, ajouter le miel pour que cela caramélise un brin.
  2. Dans une poêle à part, faire revenir dans une noisette de beurre la pomme découpée en fins quartiers. Y ajouter un peu de cannelle (point trop n’en faut).
  3. Émincer également les blancs de poulet et les ajouter au poivron et à l’oignon. Faire en sorte qu’il soit doré et bien cuit à l’intérieur. Ajouter le curry. Saler, poivrer.
  4. Ajouter les pommes caramélisées et le lait de coco. On peut ajouter un poil de crème liquide si on le souhaite.
  5. Laisser mijoter à feu doux (voire très doux) pendant 15 min.
  6. Faire cuire le riz.

Alors ? Elle est pas bonne cette recette ?

Publié dans Vegans can die | Laisser un commentaire

Repas express #1

Une nouvelle recette simple et efficace dans une nouvelle catégorie intitulée : « Pas le temps / Fainéant » . Parce que parfois le temps nous est compté ou juste on n’a pas envie de se casser le bonnet. Voici donc quelques ‘tips’ pour vous sauver la vie.

  • 1 bocal de riste d’aubergine
  • gruyère rappé
  • 1 oeuf
  • crème liquide
  • sel poivre
  1. Versez la riste d’aubergine dans un plat à gratin, saupoudrez allègrement du gruyère rappé sur le dessus. Enfournez à 200°C pendant 15min.
  2. Battez l’oeuf avec un peu de crème liquide, du sel et du poivre. Et puis brouillez-le.

Ben voilà. Simple et efficace !

Publié dans Pas le temps / Fainéant | Laisser un commentaire

La potée de chou

Un bon plat d’hiver qui tient bien au corps ! Miam miam miam…

  • 1 chou frisé (ou un demi)
  • 6 belles pommes de terre
  • 4 carottes
  • 1 oignon
  • 2 saucisses de Strasbourg
  • 2 saucisses de Morteau
  • sel, poivre
  • thym, laurier
  1. Tout d’abord, rincer le chou et le faire blanchir 10 min dans une casserole d’eau bouillante. En fait, trempez le dans l’eau, ça fera un chou tout chaud. (c’est compliqué à dire…)
  2. Dans une cocotte minute, faire revenir l’oignon dans un fond d’huile d’olive. Ajouter un petit d’eau pour qu’il soit confis.
  3. Ajouter les carottes, les pommes de terre, les herbes et la VIANDE dans la cocotte minute avec le chou fraichement blanchi.
  4. Remplir la marmite jusqu’à mi-hauteur avec de l’eau.
  5. Faire cuire à feu moyen pendant 30 min.
  6. Saler et poivrer à la fin de la cuisson.

Si vous voyez que la sauce ressemble plus à de la soupe (voire à de la flotte) à la fin du temps de cuisson, découvrez la cocotte (non non, pas genre : « Oh ! une cocotte ! », mais bien, enlevez le couvercle) et faites re-cuire pour que l’eau s’évapore un peu.

Comme tout plat dans ce genre, c’est meilleur le soir, une fois réchauffé et que la sauce en question a un peu réduit.

Y’a plus qu’à.

Publié dans Vegans can die | Laisser un commentaire

Le poulet basquaise

Un grand classique de la gastronomie française s’il en est, un hommage au sud-ouest, et surtout, une recette simple et efficace.

  • 2 cuisse – haut de cuisse de poulet
  • 1 poivron rouge
  • 1 boite de purée de tomate / tomate concassée
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • sel, poivre
  • herbes de Provence
  • 100g de riz
  1. Faire rissoler le poulet dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Faire en sorte qu’il soit cuit à l’intérieur et croustillant à l’extérieur.
  2. Dans une casserole ou un fait-tout, faire revenir l’oignon et le poivron coupés en lanières dans de l’huile d’olive. Couvrir pendant 10 à 15 min pour que le tout commence à devenir fondant. Une petite astuce, ne pas hésiter à mettre un peu d’eau (un demi verre suffira) pour que cela fonde plus vite.
  3. Une fois le poulet à point, l’ajouter aux poivrons / oignon, ajouter le concassé de tomates, la gousse d’ail coupée en petits morceaux et les herbes de Provence. Si vous possédez du thym et du laurier en feuille « frais » (en vérité ils sont tout sec) c’est encore mieux. Saler, poivrer.
  4. Laisser mijoter à feu doux jusqu’à ce que le poulet se défasse (environ 30 min, à surveiller tout de même).
  5. Faire cuire le riz à part.

Et bien voilà. À taaaaaable !

Publié dans Vegans can die | Laisser un commentaire